LIVE report JAZZ A VIENNE Club de Minuit R.Scott /C.Henry/M.whitaker 03/07/15

Hammond honorable

19406990445_02682da3fd_z

Si le Théâtre Antique de Vienne nous assure cette année une programmation alléchante, n’oublions pas le travail très important des scènes alternatives en before ou en after.
Ainsi, au lendemain d’un concert absolument éblouissant par le rappeur de Washington Oddisee au Jazzmix,  l’équipe de Jazz à Vienne 2015 nous régale une nouvelle fois avec une rencontre au sommet entre trois générations d’organistes dans le cadre magnifique du Club de Minuit.

Sur la scène du théâtre à l’italienne, la  “Lady aux pieds nus” Rhoda Scott invite deux des talents les plus prometteurs de sa discipline maîtresse : Cory Henry, l’étoile montante du Jazz New-Yorkais (découvert avec son groupe Snarky Puppy) et le très jeune prodige aveugle Matthew Whitaker (15 ans à peine !) qui nous avait déjà fait forte impression l’année passée en invité surprise de la scène principale.
Les 3 authentiques orgues Hammond sont prêts à s’exprimer. Le trio est accompagné pour l’occasion de Sangoma Everett, le plus Lyonnais des batteurs Américains.

Groove Organique
19220797039_99e4cd77d9_z

Miss Scott, presque timidement, nous salue dans un très bon français. A 77 ans, la légende de l’orgue n’a jamais fait aussi jeune. Elle rayonne de gentillesse et de bienveillance à l’égard de ses jeunes coéquipiers. La musique attaque simplement par un blues authentique à la manière du Dr Lonnie Smith.
Mais très vite, les débats s’animent. Au rythme des solos virtuoses des deux garçons, les cabines Leslie rugissent.
Un peu comme dans une église de Harlem, le public réagit à chaque solo, “ Yeah ! ”, “Alright ! ”. La messe est dite… (suite…)

Live report Jazz a Vienne Chucho Valdes 03/07/15

El calor de Cuba

Chucho.Valdés-4

Chucho Valdes le fondateur d’Irakere au début des années 70 est à Vienne ce soir avec son projet Irakere 40.
Un projet rare dans nos contrées. Après la création du projet au festival de jazz de Barcelone l’an dernier, le voilà à jazz à Vienne…  Seconde fois en Europe donc.
Irakere groupe mythique qui vit défiler pendant plus de 30 ans les musiciens cubains les plus prestigieux, mélangeant allègrement la musique cubaine, le jazz, la salsa…. Mélange détonnant s’il en fut.

C’est un concert au Carnegie hall de New York qui lança la carrière du groupe durant les années 70, succès qui ne fut jamais démenti par la suite.
D’ailleurs, pour l’anecdote, le premier concert de Chucho Valdes à Vienne ce fut avec Irakere au début des années 90.
Le projet Irakere 40 consiste pour le pianiste cubain à reprendre la musique du groupe avec de nouveaux musiciens, dont nombres n’étaient même pas nés au moment de la fondation du groupe, une manière pour le maestro de passer le flambeau, d’avancer sans nostalgie.

Chucho.Valdés-3

Dès le début du set, la section cuivre rentre en action, 3 trompettes et 2 saxophones, c’est puissant, c’est brillant, les bases sont posées. (suite…)

Live Report Jazz a Vienne Melody Gardot 02/07/15

Envoutante Melody
Melody Gardot - Théâtre Antique - Jazz à Vienne 2015-2

21h30 le Théâtre Antique  plein à craquer et enthousiaste accueille Melody Gardot . Cette multi-instrumentiste ( pianiste , guitariste) n’en est pas a son premier séjour à Vienne . En 2012 , elle était venue présenter son album “The Absence”. Au delà de la talentueuse interprète et musicienne , elle est une miraculée de la vie. A 19 ans elle survit à un grave accident de voiture qui lui laissera des séquelles.
La musique a été son refuge et l’a sauvé .

Sous le soleil couchant, Melody Gardot avec ses lunettes teintées et glamour avec son haut en sequin  entonne She Don’t know.
“Bonsoir Vienne ! n’hésitez pas à danser , c’est l’essence de notre musique” lance -t- elle pendant que son band composé d’une section cuivre , un batteur , un contrebassiste, un pianiste et deux guitaristes jouent sur une mélodie assurément afrobeat.
Tout le long elle invite par sa voix mystique, teintée de blues ou de folk à une exploration de la musique noire , du bayou de la Nouvelle Orléans en passant par Philadelphie et ses célèbres club de jazz.

Melody Gardot - Théâtre Antique - Jazz à Vienne 2015-5

Elle a beau être sur une grande scène, une ambiance intimiste et feutrée s’installe peu à peu. La plupart des titres interprétés sont de son dernier album “Currency Of Man” , tout juste sortie en juin. (suite…)

Live report Jazz A vienne Tigran Hamasyan 02/07/15

Le Monde en osmose de Tigran

19364839581_423c71949d_z

Tigran sur la scène de Jazz à Vienne… un grand classique depuis quelques années.
Lui qui fut artiste résident du festival en 2012 est un habitué des diverses scènes du festival, autant celle du théâtre antique, que lors des saisons du festival. Il sera d’ailleurs sur la scène de l’auditorium de Lyon en octobre 2015.

C’est fort de son nouvel album Mockroot qu’il repart sur la route et fait une halte bienvenue et attendue dans le cadre de la 35 eme édition du festival Jazz à Vienne.
Précédé sur les planches par la voix de la chanteuse Cyrille Aimée et son quartet aux accents du jazz manouche, c’est une formation façon power trio qui se met en place.
Sam Minaie à la basse électrique et Arthur Hnatek à la batterie viennent renforcer, si il en était besoin, la force créatrice et musicale du pianiste Arménien.

19174616699_563ef09368_z(1)

L’entrée en matière est, si l’on peut dire, Tigranesque. Les tempi alternent, la douceur succède à la fureur. Virtuosité et vigueur font vont de pair, le toucher délicat du pianiste semble animé d’un bouillonnement sans limite, la pulsation ne faiblit jamais.
Les décalages rythmiques, les mesures impaires, les tensions harmoniques sont sans cesse à l’œuvre.  De l’art de vouloir faire rentrer un cube dans un cylindre pour au final nous offrir un groove à la puissance exacerbée. (suite…)

LIVE REPORT Jazz a vienne JazzMix Bernard Purdy+Under Kontrol+S.Kinch 01/07/15

rencontre impromptue

Bernard.Purdie-1

La légende vivante de la batterie et du groove Bernard « Pretty » Purdie est l’une des grosses surprises que le Jazzmix de Jazz à Vienne nous réserve cette année.
A 76 ans, Purdie est “le batteur le plus enregistré au monde” !
Plus de 4000 sessions avec tous les plus grands, des Beatles à Miles Davis en passant par James Brown et Aretha Franklin.

18757332904_105c82cfa1_z

C’est donc avec une grande curiosité que nous nous dirigeons vers le concert, surtout quand on sait qu’il est accompagné du groupe champion du monde de Human Beatbox Under Kontrol  et du saxophoniste/rappeur anglais Soweto Kinch.

Laboratoire de groove
Bernard.Purdie-3

Nous savons que les protagonistes n’ont eu que 2 jours de répétition avant de se présenter devant nous. Dès la première tourne de batterie, on est pris par le légendaire “Purdie Shuffle” et son assise rythmique implacable. (suite…)

LIVE REPORT JAZZ A VIENNE MACEO PARKER 01/07/15

 Grand F pour Funk, Grand A pour Amour

Maceo Parker-2

« La main du débutant peut blesser, celle de l’expert peut tuer, celle du maître libère » raconte un vieil adage sur la pratique des arts martiaux. Dans le temple que l’on appelle « funk », Maceo Parker fait partie de ses gardiens emblématiques qui, sur la scène du Théâtre Antique de Vienne fait parler son expérience, libérant les personnes de leurs inhibitions.

Maceo Parker-1

Le show commence au son de Funky Fiesta avant l’introduction et l’arrivée du maestro. Un Maceo Parker à la démarche débonnaire se présente. Il saisit son saxophone  pour un démarrage en trombe dès la première expiration sur son instrument.

Sans nouvel album à défendre, le show de Maceo est tel qu’il l’a toujours dépeint, une grande fête familiale à 98% funk et 2% jazz. Coté lineup, en plus de guest spéciaux tels que sa nièce Darliene Parker (et sa surprenante voix), on retrouve deux transfuges du Parliament-Funkadelic en les personnes de Rodney Skeet Curtis à la basse, Dennis Chambers à la batterie et Greg Boyer au Trombone. (suite…)

Live Report Jazz A Vienne MAlted Milk+Toni Grenn 01/07/15

Sur la route de Memphis, en revenant de Nantes…

19322556246_df8ef46936_h

C’est le combo Malted Milk & Toni Green qui a l’honneur d’ouvrir le bal pour cette superbe soirée Soul/Funk du festival Jazz à Vienne.
Milk & Green c’est la rencontre des Nantais de Malted Milk et de la chanteuse de Memphis Toni Green, qui fut pendant très longtemps la choriste des plus grands au sein de l’écurie Stax. Le Théâtre Antique est déjà quasi complet quand le groupe entame un morceau aux accents Power Soul très efficace. Instantanément les mains tapent en rythme dans l’arène.

18728020743_9491bc2651_h

Arnaud Fradin, le guitariste/chanteur Vendéen est derrière le micro sur ce premier morceau.
Le nantais fait le boulot au chant, c’est sans fioritures et c’est efficace, à l’instar de ses solos de guitare.
Sur une rythmique “up-tempo” qui fleure bon le Tennessee, Fradin convie la diva soul Toni Green à les rejoindre : “Veuillez accueillir le secret le mieux gardé de Memphis !”
L’effet est instantané et la puissance vocale au rendez vous dès la première note. On comprend de suite à qui on a affaire. Damien Cornelis est impeccable derrière son orgue Hammond.
L’enchaînement se fait rapidement sur « Slipped, Tripped and Fell in Love » le classique ultime d’Ann Peebles. La reprise est très propre, à l’image du concert.

So sexy!
19352645231_05b646b7b3_h

“Where are the sexy people ? ”. Sa belle robe orange à l’appui, Miss Green harangue la foule afin que les 6500 personnes présentes se sentent aussi sexy qu’elle. Le tromboniste Vincent Aubert balance alors un solo des plus virils. (suite…)

Live Report Jazz a vienne Marcus Miller Afrodeezia 30/06/15

La basse prend de la hauteur

Marcus Miller Vienne 2015

Marcus Miller et Jazz à Vienne… longue histoire et longue complicité, que ce soit sur la scène du théâtre antique lors de la 1ere quinzaine de juillet, ou dans les salles de la région lors des saisons du festival, on ne compte plus les apparitions.
Pourtant, le plaisir semble renouvelé lorsque le natif de Brooklyn, le maitre de la Fender Jazz Bass s’annonce pour un nouveau projet, une nouvelle tournée, une nouvelle collaboration.

L’album Afrodeezia qui sert de support à ce nouveau périple musical, se veut un hommage du bassiste aux musiques noires par l’un de ces plus grands serviteurs. Du Brésil a Détroit, de l’Afrique de l’Ouest à New York…. vaste programme.
Dès l’entrée en scène, une volonté, un leitmotiv, la fête, le groove, la joie. Avec Tutu, archétype du style Millerien, la partie est quasi gagnée d’avance. Sur ce morceau composé pour Miles Davis (qu’ils n’ont jamais eu l’occasion de jouer ensemble), Marcus Miller en leader éclairé est bienveillant et généreux. Pas question de tirer la couverture à lui, ses musiciens dont le saxophoniste Alex Han ne se font pas prier pour prendre l’espace, pour s’affirmer, s’exprimer.
Sur le titre Dr Jekkyl & Mr Hyde, la rythmique décolle et accélère, pour le plus grand bonheur d’Alex Han dont le saxophone et le jeu semblent échapper à la gravité terrestre.
Le public s’enthousiasme, les têtes battent la cadence, les mains frappent les cuisses, accompagnant du geste et de l’esprit le soliste.

Marcus Miller

Avec le titre Hilife, morceau qui ouvre l’album Afrodeezia , nous prenons la direction de l’Afrique de l’ouest, puis direction le Brésil avec We were There…. mais finalement ne sont-ils pas voisins, à peine séparés par un océan ? Bien peu de chose en vérité. (suite…)

Live Report Jazz a vienne Marcus Miller+ONL 30/06/15

Basse et Harmonie… tres cool

marcus-4

Dire que Marcus Miller jouit d’un élan de sympathie auprès du public c’est un euphémisme !
Le magicien de la guitare basse est en quelque sorte le chouchou des spectateurs et l’affluence le prouve.
Le théâtre antique est bien rempli ce soir et le fait savoir avant même l’entrée du maître.
Beaucoup de musiciens sont présent sur scène, car c’est une collaboration exceptionnelle avec l’Orchestre National de Lyon qui se profile.

En conférence de presse Marcus Miller nous a confié avoir concrètement renoué avec ses racines en étudiant les différentes musiques africaines. C’est donc parfaitement logique de le voir commencer le concert au Guembri (Instrument à corde traditionnel de la musique Gnawa).
Mais il ne lui faudra qu’une petite minute avant de passer sur son instrument fétiche : la Fender 4 cordes.
Des cordes, il y en a sur scène ! Ce n’est pas moins d’une trentaine de violons et violoncelles ainsi qu’une quinzaine de vents de l’ONL qui ont été mobilisés pour souligner avec finesse les arrangements du groupe principal.

marcus-2

C’est très vite parti pour un premier solo de basse dont Miller a le secret. On ressent de suite l’influence sub-saharienne que le New Yorkais a insufflé à son dernier projet,  Afrodeezia.
Le percussionniste français Mino Cinelu enflamme l’arène antique dès son premier chorus. La musique alterne subtilité savamment orchestrée et énergie flamboyante.
Les harmonies sont simplement belles et les frissons au rendez-vous. (suite…)