samedi 23 septembre 2017
Home / Live Report / Live Report : Guillaume Perret – All Night Jazz – 13 juillet 2017

Live Report : Guillaume Perret – All Night Jazz – 13 juillet 2017

Il est 5h00 du mat, j’ai des frissons… Guillaume Perret monte le son.

Seul en scène, free, libre, débarrassé de toute contraintes, avec pour seules compagnes des sculptures « saxophonique » ou à base de miroirs, le saxophoniste s’avance dans la nuit qui s’achève. Les « Warriors » de Jazz à Vienne – comme il surnomme les spectateurs encore présents dans le Théâtre – sont prêts. Prêts à être étonnés, prêts à être décoiffés, prêts à être enivrés.

Dans la pénombre, un rayon lumineux surgit du pavillon de son saxophone, Guillaume Perret traverse le plateau, soufflant, éructant dans son instrument.

Le dispositif sophistiqué mis en place par le musicien se dessine petit à petit. Il va fabriquer en direct la musique que nous allons entendre, pas de séquences, pas d’ordinateurs, pas de programmations sophistiquées. C’est à la force de son seul saxophone, aidé de pédales d’effets, qu’il nous embarque dans son univers onirique.

Il est aidé en cela par une création lumière pensée spécifiquement pour son projet. La scène est habillée, vivante, tantôt éclairée de mille feux, tantôt plongée dans la pénombre. Musique et lumière s’inspirent de concert.

On navigue de l’électro au new Orléans avec pour seule limite l’imagination de son interprète et celle-ci semble être sans limites. On est happé par le son, matière organique qui se transforme, grandit, évolue. Dans l’aube naissante, les sensations se chevauchent, s’entremêlent.

La musique se tord, se tend, Guillaume Perret la manipule, sans lui laisser & sans nous laisser, un instant de répit. Musique rê(a)vée, un instant baroque, une fugue.

On se laisse engloutir avec bonheur, le public danse, se délecte de la potion administrée par le sorcier des sons Guillaume Perret. Personne dans le Théâtre n’en perd une goutte.

Une cuisine à l’ancienne sauce 21eme siècle, un univers rétro futuriste, un road movie, le plein de sensations, une matière dense et vivante, une puissance inexpugnable… un moment magique dans un cadre à la mesure de la démesure de Guillaume Perret.

Clap de fin sur Jazz à Vienne 2017.

Report : Lionel Klebinder

Photographe : Paul Bourdrel / @paulbourdrel
Illustratrice : Gaëlle Ravassard
Toutes les photos & illustrations du concert ici