mardi 26 septembre 2017
Home / Live Report / Live Report : Hip Hop Symphonique & De La Soul – 01 Juillet 2017 – Jazz A Vienne

Live Report : Hip Hop Symphonique & De La Soul – 01 Juillet 2017 – Jazz A Vienne

Mes chers rappeurs du Hip Hop Symphonique, après avoir foulé le bitume parisien pendant 24 heure la veille il me tardait de vous (re)trouver ce Vendredi soir. Je replonge dans un souvenir, moi à 16 ans devant MCM Africa essayant tant bien que mal de rapper, car oui messieurs, vous faites parti de ceux qui m’ont donné envie de faire ce métier, toujours pas si bien compris : artiste.

Un RER, un TGV, un tram et un train plus tard me voici à Vienne, prête à vous poser des tas de questions et partager votre expérience. Bim ! Première « date » où je me prends littéralement un vent. Un rendez vous manqué mais pardonné assez rapidement quand je vous retrouve enfin après toutes ces péripéties sur la scène du Théâtre Antique.

Un exercice loin d’être facile, une armée de musiciens, une chef d’orchestre, et à tour de rôle vous vous passez le mic. Les jeunes pousses BigFlo & Oli amène aussi un nouvel esprit, avec une plume déjà bien engagée à la hauteur de leur titre « Je suis ». L’ambiance est bon enfant parmi le public, les avions en papiers survolent l’arène. C’est un esprit de fête et je dois dire que cela fait un bien fou. Quarantenair, es et le charisme est toujours en place ! 

Une heure où je chante à tue tête, regarde le monde, où je suis émue en voyant monsieur Claude M’barali aka Mc Solaar faire son entrée sur « Caroline ». Tu as piqué mon cœur Claude. Reviens plus longuement la prochaine fois. Pourtant, un goût d’inachevé ne me quitte pas. A la fois des retrouvailles trop courtes et pas assez chaleureuses. Mais pas le temps de tergiverser. De La Soul fait son entrée sur la scène du Théâtre Antique.

Après leur long silence discographique le trio de Long Island (devenu duo pour l’occasion avec l’absence du Dj Maseo) est venu présenter « and the Anonymous Nobody… » leur dernier album financé à 100% par une campagne de crowdfunding (Août 2016). Le concept du disque est celui du partage, beaucoup moins de samples, et des mois d’enregistrements avec un orchestre funk californien — The Rythm Roots All Stars — ont été nécessaires afin de tisser la trame parfaite pour leur flow à la cool.

C’est important de le dire, mais malgré les 30ans de carrière du groupe, il aurait pu être périlleux de présenter « and the Anonymous Nobody… » sur la scène du Grand Théâtre accompagné d’un live band de 9 personnes (claviers, guitare, basse, batterie, deux percussionnistes et trois cuivres). 

Mais rien de tel, car si on s’attendait à un bon show, croyez-nous, c’était encore bien mieux que prévu !!! Disposés en U, encadrant les deux MC Pos et Dave, les musiciens qui jouent ensembles depuis des années ont réussi le tour de force de redonner vie aux samples légendaires du groupe en rejouant les prod des instrumentations du DJ. Nous n’avons pas assister à une simple collaboration musicale mais à un partage sincère entre deux cultures qui se magnifie. Des musiciens qui rejouent à la perfection des samples… La boucle est bouclée !!!

De leur classiques aux nouveaux morceaux en passant par un hommage touchant au producteur J-Dilla, chaque morceau a été accueilli avec beaucoup de bonheur et d’écoute par les spectateurs. Une idée de la tracklist de la soirée :

Ils n’ont plus rien à prouver et pourtant ce soir, les De La Soul nous ont encore une fois agréablement ravi. Considérés aujourd’hui comme des pilliers de leur discipline, leur tubes ont fait le tour du monde sans qu’ils adoptent les vices de la « starification ».

Généreux en musique, généreux sur scène avec leur public comme hors scène (j’ai mes indics), ils ont fait le show, arpentant le plateau de long en large, en haranguant le public de « « Its a partyyyy over here ». Les gars donnent, se donnent et comme par miracle, la pluie menaçante qui s’annonçait pour le début du concert est apparue seulement sur les derniers morceaux, rafraichissant les milliers de spectateurs surexcités.

Rarement le mantra du hip-hop « Peace Love and Unity » n’aura résonné avec une telle sincérité. Alors merci De La Soul. Merci de m’avoir rappelé que le rap est la poésie de la rue. Le hip hop n’est définitivement pas mort, au contraire la culture urbaine se démocratise chaque jours un peu plus. Merci d’avoir rendu hommage à vos inspirations, merci d’avoir rendu hommage aux musiciens, ceux présent sur le plateau mais également à ceux du monde entier qui « gikent » sans relâche sur leur instrument. Merci pour cette belle, humble, suréxitée et généreuse danse que vous nous avez offert, hier soir, dans le mythique théâtre de Jazz A Vienne.

Instant privilégié devant les loges de De La Soul ©Renaud Alouche

Co écriture : Astha Konaté & Mad’Joe

Photographe : Renaud Alouche / @Renaud Alouche
Illustratrice : Gaëlle Ravassard
Toutes les photos & illustrations du concert ici