dimanche 23 septembre 2018
Home / Live Report / Live Report : Thomas de Pourquery – 11 juillet 2018 – Jazz à Vienne

Live Report : Thomas de Pourquery – 11 juillet 2018 – Jazz à Vienne

Plaisir, maître mot de cette soirée et plus encore pour Thomas de Pourquery et les musiciens du Supersonic. Après un projet consacré à la musique de Sun Ra qui sur scène nous avait déjà renversé, il va sans dire que ce nouvel album était attendu avec délectation

Plaisir de présenter ce nouvel opus et jouer sur cette scène, dans ce cadre antique qui se prête si bien aux démesures musicales de ce groupe à la force d’âme illimité. Une émotion vraie au moment de prendre l’enceinte à bras le corps. La musique nous étreint immédiatement, pas de retenue, aucune appréhension, une ardeur sans failles…. Nous y sommes, ils y sont.

Les concessions ne sont pas de mises ce soir, la musique déborde de vie, d’envie, de chaleur. Les solos de Thomas de Pourquery au sax alto, Fabrice, Martinez à la trompette et Laurent Bardainne au sax ténor s’entremêlent, fusionnent, se combinent. La tension devient une mélodie éclatante.

Les solos se transforment en torrents de lave incandescents.
La voix de Thomas de Pourquery survole les gradins pour mieux déchainer une furia musicale, nous empoignant, nous entraînant au milieu de ce magma débridé qui se métamorphose en une rivière paisible, sereine.

Un bonheur palpable enveloppe musiciens et spectateurs. Fabrice Martinez et son bugle en duo avec la basse de Frederick Galiay jouée à l’archet, instant délié. Le bugle virevolte, la rythmique s’invite, puissante, implacable, inexpugnable… sentiment d’exaltation, d’élévation… puis l’apaisement nous laissant pantelant. Une sonate au presque clair de lune du pianiste Arnaud Roulin, éternité mélancolique, temps suspendu.

Hommage express aux racines éternelles de cette musique nommée jazz, du swing, du be-bop, jungle…. Thomas de Pourquery et Edward Perraud s’en donnent à cœur joie. Une nouvelle déferlante de musique se précipite sur nous. Chants, chorégraphie, 2d degré totalement assumé

Plein la tête… j’aime ça. Le sax ténor nous emboutit, se déchaine plus encore, nous éperonne.
Le théâtre se repaît de cette vague plaisir. Pour le titre Simple Forces, la participation de tous est exigée. On arrête tout, le chef de chœur Thomas de Pourquery nous encourage, nous exhorte. On reprend tous en chœur, armée rougeoyante au soleil couchant… le théâtre se déchaîne.

Lionel Klebinder
Photos : Catherine Manin

A lire aussi

BILAN JAZZ à VIENNE 2018

BILAN JAZZ à VIENNE 2018 Depuis le point de presse de Jazz à Vienne, Alexandre Chetail …