mardi 22 août 2017
Home / Live Report / Rencontre avec EYM Trio : 20 Janvier 2017 – Le Périscope

Rencontre avec EYM Trio : 20 Janvier 2017 – Le Périscope

A l’occasion de leur concert au Périscope, le 20 Janvier dernier, notre chroniqueur Marcus est allé à la rencontre d’EYM Trio. Porté par l’envie de vous faire découvrir ce groupe de l’intérieur, c’est par le biais d’une interview retranscrite que nous vous partageons notre intérêt pour ce brillant projet. Le groupe s’apprêtait alors à offrir au public l’expérience de leur dernier album sorti en Novembre 2016, Khamsin.

Riche de ses 7 ans d’existence, EYM Trio composé du pianiste Elie Dufour (principal compositeur), du contrebassiste Yann Phayphet et du batteur Marc Michel, est un groupe qui suscite le respect et éveille la curiosité.  

La musique d’EYM Trio est une expérience teintée de plusieurs couleurs et influences, orientées au gré des courants de musiques orientales. Les musiciens puisent leur inspiration dans la culture des Balkans, de l’Afrique du Nord, de l’Inde et sa danse du Kathak, ou encore des saveurs Afro-cubaines.

A la question posée « Comment se renouvelle-t-on après toutes ces années ? », la réponse est unanime : « Les concerts ! ». C’est donc au fur et à mesure des concerts et des réponses du public à certaines de leurs compositions que le set et les réarrangements du groupe continuent de s’enrichir année après année.

« Fondé en 2010, on a d’abord répété pendant cinq mois avant notre premier concert en 2011, joué à l’Amphithéâtre de l’Opéra », mentionne Elie en se remémorant la genèse du projet. Cette belle première date va leur servir de tremplin pour se produire dans plusieurs festivals, dont Un Doua de Jazz, et Mozaïque au Havre. Et c’est ce dernier concert qui sera la date charnière avant leur départ pour l’étranger : EYM Trio part pour l’Italie, avec Venise comme principale destination.

Ils y enregistrent le disque Genesi, au studio Artesuono. C’est l’occasion pour eux de faire leur première tournée italienne, travaillant main dans la main avec l’agence de booking Italienne UpMusic Agenzia de Michela Parolin.

D’après Yann, l’Italie laisse briller une belle scène musicale de jazz, propice aux connexions. Au cours de l’interview, on comprend à quel point la musique du groupe s’enrichit au fur et à mesure des voyages, fort de plusieurs tournées à l’international.

Et c’est l’Inde qui sera leur voyage le plus édifiant. L’expérience est unique, du fait de ne pas être perçu comme les touristes Occidentaux que les habitants ont l’habitude de voir, mais comme des musiciens que l’on invite de loin. Cette différence donne une toute autre perception du voyage.

Sur scène comme en studio, le trio s’agrandit parfois à un quartet voire un quintet, invitant d’autres virtuoses, tels que Mohamed Abozekry au Oud et Marian Badoï à l’Accordéon. Au vu des couleurs de leurs compositions, Mohamed Abozekry et Marian Badoï incarnent les « personnifications de [leurs] influences des musiques arabes et tsiganes » affirme Elie Dufour.

Les influences orientales sont omniprésentes dans leur musique et on se demande ce qui leur évoque ces saveurs d’Orient et d’Europe de l’Est. Alors que Yann affirme y avoir été introduit par Elie, en précisant que c’était quelque chose de nouveau pour lui, assez complexe de prime abord, Elie développe en indiquant que ce sont les éléments de langage qui le fascinent. Tant d’un point de vue rythmique qu’harmonique.

Cela donne un processus créatif riche, invitant à une danse qui oscille entre écriture et improvisation !

Et alors que 2015 et 2016 furent de très belles années pour le groupe, avec des concours internationaux remportés et des dates en Croatie ou encore en Angleterre, 2017 promet d’être aussi prolifique avec des projets pour jouer notamment à Bombay, Bengalore, Dehli, entre autres, ou encore une participation au festival Jazzahead !

Alors que le Jazz est parfois inaccessible, EYM Trio nous fascine par ses choix propres portés par le ressenti du public. Certain se délecteront de la virtuosité du jeux des trois musiciens qui n’est plus à défendre, lorsque d’autres apprécieront cette musique où les sensations sont privilégiées et qui touchent l’âme de manière universelle. De notre côté, on est prêt pour les suivre encore ces sept prochaines années !!! Merci à eux de nous avoir accordé ce moment privilégié.

 

Suivez leur actualité sur leur page Facebook ou leur site internet.

 

Marcus Gon

Toutes les photos de l’événement ici
Photographe : Eric Meurice