dimanche 23 juillet 2017
Home / Live Report / Live Report : Seu Jorge – All Night Jazz – 13 juillet 2017

Live Report : Seu Jorge – All Night Jazz – 13 juillet 2017

Oi matelot Seu, ici Commandant Bowie

Enfin nous voici à la soirée la plus attendue du festival, la fameuse All Night Jazz, en cette veille de Fête de nationale ! Chaque année ce rendez-vous est un moment fort du festival, il clôture 15 jours de rencontres, de sourires, de joies partagées, de découvertes et cela jusqu’au lever du jour sur la vallée de Vienne.

Pour cette 37e édition, un plateau très éclectique avec un line-up qui fait la part belle aux nouveaux talents : Con Brio, Bixiga 70 ou encore Guillaume Perret. 

La nuit va être longue, on le sait ! Il faut dire qu’après 15 jours de concerts quasiment non-stop, les émotions et les sens sont à fleur de peau. L’enthousiasme se mêle à la fatigue mais tout habitué du festival, tel un coureur de fond se prépare toujours à vivre cette nuit si spéciale et si importante pour toute l’équipe de Jazz à Vienne et les festivaliers. Les thermos de café sont indispensables, mais heureusement les couettes ne sont  pas nécessaires cette année, la météo est parfaite. Un petit pull et un oreiller feront l’affaire.

Trouver une place au sein du Théâtre sera ta mission, valeureux festivalier ! Le public s’est déplacé en masse ce soir. Dans la fosse, il devient difficile d’esquisser un pas de danse sans prendre le risque d’une collision avec son voisin. Peu importe, l’ambiance est détendue, l’amour de la musique l’emporte sur tout.

 

Il est 22h30, et le Captain Rugged aka l’incroyable Keziah Jones vient de nous donner une claque musicale. Il est temps de se préparer à accueillir Seu Jorge. Jorge Mario Da Silva, de son vrai nom, est un acteur et musicien de Rio de Janeiro, considéré aussi comme l’un des précurseurs de la pop samba brésilienne.

Après la disparition de la légende de la pop, David Bowie, le chanteur qui n’avait jamais présenté sur scène ses titres ré-adapté en portugais des classiques de Bowie, a décidé de partir en tournée et de refaire vivre l’héritage de ce dernier à travers une œuvre cinématographique.

Après un changement rapide de plateau, un jeune marin, bonnet rouge, t-shirt noir ou l’on peut lire « unpaid intern (stagiaire non rémunéré), team Zissou » , présente sur la scène le fil conducteur du film « La Vie Aquatique », réalisé par Wes Anderson. Un film où Pélé Dos Santos, interprété par Seu Jorge, chante tout seul sur un bateau du Bowie en portugais. Cette présentation avec une touche d’humour respecte le ton décalé et humoristique du film.

Une mise en scène travaillée, cageots de pêcheur, filets & lampes tempêtes sont disposés d’une part et d’autre d’une mini scène, où Seu prend place, seul avec sa guitare. Sous les acclamations des spectateurs, il commence, lumières complètement éteintes avec pour seul éclairage des bougies led qui l’entourent. Clin d’œil également du chanteur au commandant Cousteau avec son bonnet rouge et sa tenue en bleu jean clair d’un marin.

 

Les brésiliens sont venus en force ce soir soutenir leur compatriote. A chacune de ses interventions, il est plébiscité et applaudi très chaleureusement. Le public pousse même de la voix avec lui, notamment sur le tube de mister Bowie, « changes ».

Il interprète également Rebel Rebel, Five years, Starman, Life On Mars et Space Oddity. Guitare sèche, voix rauque et velours, il installe une douceur au sein du Théâtre. Après le set de l’explosif Keziah Jones, le rythme redescend de plusieurs étages. Le public ne semble pas perturbé.

Pour ma part, sentiment mitigé car je n’ai pas pu dans ses conditions (en acoustique, enjeu de la soirée, guitare voix) apprécier toute la beauté de sa musique. L’ordre de passage change tout. En ouverture de la soirée, je suis sûre que je l’aurais écouté d’une autre oreille. Il est déjà presque minuit, j’ai envie d’exploser de l’intérieur mais je reste toute en retenue, captivée par le set plutôt lancinant de Seu Jorge. Sa générosité, certes pas expansive, touche.

Qu’importe, aux yeux de ses fans nombreux ce soir, c’est un moment de grâce où l’on se laisse volontier porté. En rappel il refait Rebel Rebel, des extraits du film et une magnifique photo en noir et blanc de l’interprète de Ziggy Stardust sont diffusés sur les écrans du Théâtre.

Obrigado spécial aux équipes techniques, les jeux de lumière ont apporté ce soir du relief et de la profondeur à la musique.

Pendant une heure et demie, le bateau La vie Aquatique s’est amarré au port de Vienne, il est temps au moussaillon Seu de repartir vers d’autres sillages.

 

Astha Konaté / @http://youareunik.blogspot.fr/

Photographe : Eric Meurice / @Eric Meurice
Illustratrice : Gaëlle Ravassard
Toutes les photos & illustrations de la soirée ici